Des tableaux qui disent le monde...

Odile Harleaux-Das est née à Paris où elle a grandi et dont elle conserve un parfum mélé de douceur et de nostalgie. Le jardin du Luxembourg a marqué son imaginaire enfantin, avec ses arbres, ses allées peuplées de gens différents, ses bancs, lieux de rêverie ou de conversations... Le jardin du Luxembourg, un lieu où s'exprime la vie... Le temps passe, OHD enseigne les Arts Plastiques mais elle est avant tout une artiste plasticienne. Il suffit de pénétrer dans son atelier pour sentir cette vocation.

Curieuse, toujours en quête, OHD est passionnée de mots et de culture. Dans notre société en mouvement, elle a le regard tourné vers l'avenir... mais aussi les deux pieds sur terre, en osmose avec la nature et le monde qui l'entoure. Peut-être son principal défaut serait-il l'impatience... et parfois, la vie fait bien les choses puisque des événements inattendus l'ont contrainte à une pause de quelques mois dans sa carriére. OHD s'interroge, se remet en question, et, comme une évidence, s'impose alors le temps de la création. Odile compose de nombreuses oeuvres qui sont une véritable exploration de formes, de couleurs, de matières. Sa recherche permanente d'équilibre et d'harmonie fait de son oeuvre un univers plein de lumière et de vie !

Il arrive que la nature devienne l'occasion d'une déambulation créative... et c'est une chouette, un objet, qui investit différents lieux nous invitant aux déplacements, aux voyages. Mais la nature devient création à part entière lorsqu' Odile s'en inspire pour réaliser ses toiles. Ainsi, une série de tableaux qui s'intitule "Ecorces" a vu le jour rècemment. Qu'est-ce que l'écorce ? pourrait-on se demander. Une enveloppe, une protection, plus ou moins facilement détachable du tronc. Une chose est certaine, l'écorce est partie intégrante de l'arbre, lui-même partie intégrante de la nature et du monde qui nous entoure. L'arbre prend racine dans le sol comme l'individu s'ancre dans une histoire qu'il fait sienne peu à peu. L'arbre, bien enraciné, raconte une histoire et la perpétue... D'ailleurs, l'écorce ne serait-elle pas l'image plus ou moins lointaine de cet ancrage dans une Histoire ? A chacun d'accueillir chaque toile avec ce qu'il est, ce qu'il porte en lui, ce qu'il ressent...
Dominique Oger